dimanche, septembre 26, 2010

Journée Européenne des langues, avec Cristina Miró

Aujourd'hui, Journée Européenne des Langues, nous parlons avec Cristina Miró, une élève de seconde de BAT qui fait un travail de recherche sur le français langue étrangère dans notre région. Dans une partie de son travail, elle a étudié le panorama des langues étrangères en Europe, à partir de documents publiés par l'Agence exécutive d'Éducation, Audiovisuel et Culture de Bruxelles.

Cristina, dans tes recherches, as-tu vérifié si les langues étrangères sont importantes dans l’enseignement en Europe?

Dans la plupart des pays, il est obligatoire d’apprendre au moins une langue étrangère. Dans un grand nombre de pays (le 50%) on étudie au moins deux langues étrangères au lycée et de cette moitié, le 15% des élèves étudie trois langues étrangères.

Quelles langues on étudie?


Évidemment, c’est l’anglais la première langue, et la seconde langue la plus étudiée, c'est le français. Puis il y a aussi l'allemand, l'espagnol et le russe. L'apprentissage d'autres que celles que je viens de citer est très peu développé en Europe.

Quand est-ce qu'on étudie plutôt les langues étrangères, au primaire ou au secondaire?

Les élèves apprennent davantage des langues au niveau secondaire, mais il est vrai aussi que  l’enseignement des langues étrangères commence de plus en plus tôt . Dernièrement, dans dix pays européens (dont l’Espagne), on a décidé de commencer l’enseignement d’une langue étrangère à partir de 3 ans.

Est-ce qu'on accorde beaucoup d'importance à l'enseignement des langues étrangères en Europe?

Dernièrement, de nombreux pays ont augmenté le volume d'heures à consacrer aux langues étrangères. Au niveau secondaire, les langues étrangères occupent entre 9% et 20% du temps total d'enseignement. Mais...  cela ne concerne que la première langue!

Et... combien d'élèves par classe?

Dans environ un tiers des pays, on n'établit aucune réglementation officielle sur le nombre maximal d'élèves par classe. Le nombre d'élèves est le même que pour d'autres matières scolaires. C'est dommage, n'est-ce pas?

Oui, espérons qu'une Journée comme celle d'aujourd'hui nous mène à réfléchir de façon critique sur l'enseignement des langues en Europe pour améliorer les performances des élèves. Merci, Cristina, de nous avoir aidés à soulever cette question.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire