dimanche, octobre 02, 2022

Juverna dans un laboratoire de recherche en physique

 Pour clore les petites rédactions de nos élèves partis en France en été, nous vous présentons l'expérience de Juverna, qui a fait un stage en entreprise à Grenoble, à l'Institut Néel, un laboratoire de recherche en physique de la matière condensée. 


Bonjour ! Je m’appelle Juverna et je suis élève de Batxibac en Terminale au lycée Gabriel Ferrater i Soler. Ce mois d’août, j’ai réalisé un stage au sein de l’Institut Néel, un centre de recherche fondamentale en physique qui fait partie du CNRS. L’Institut est situé à Grenoble, où j’ai eu la chance d’habiter pendant ce mois qu’a duré mon stage.


                                                   Le premier jour du stage, devant le Centre de recherche

Pendant mon séjour, j’ai beaucoup appris sur les solides cristallins à travers des lectures que j’ai faites et dans des cours magistraux à l’université. J’ai effectué des expériences avec des cristaux organiques et inorganiques, et utilisé plusieurs programmes informatiques qui m’ont aidé à comprendre et à documenter mon travail au laboratoire. J’ai pratiqué des méthodes différentes pour la croissance des cristaux, puis utilisé des techniques pour les étudier, comme la diffraction de rayons X.


Les cristaux que j'ai obtenus au laboratoire

Ce stage m’a donc permis d’acquérir de nouvelles connaissances théoriques sur les matériaux cristallins, mais également d’observer et de comprendre comment se passe la recherche dans un centre scientifique comme l’Institut Néel. Pendant la période que j’ai passée à Grenoble, j’ai été guidée par ma tutrice de stage, chercheuse dans un équipe du CNRS, et cela m’a permis de découvrir comment est le métier d’un chercheur dans les sciences. Au cours du mois, j’ai aussi effectué plusieurs visites à d’autres chercheurs et au personnel technique de l’Institut, et même à des laboratoires d’autres institutions. Dans ces visites, j’ai eu une vision générale du travail de ces personnes et j’ai aussi pu apprendre un peu sur les thèmes spécifiques sur lesquels ils travaillent.

Globalement, ce stage a été une très bonne expérience de laquelle j’ai beaucoup appris, et une excellente opportunité pour découvrir le type de métier que j’aimerais poursuivre. 


                                                      Les montagnes qui entourent la ville de Grenoble


vendredi, septembre 30, 2022

Laura Baró et son stage de handball avec des Français

 Afin d'améliorer son niveau de langue française avant de commencer son Bachibac, Laura Baró a participé à un stage de handball avec des Français... au Portugal. Comment ça s'est passé ?


Le 24 juillet, ma mère et mon frère m'ont accompagné à Montpellier car je devais prendre un bus avec 43 garçons et filles français d'environ mon âge qui jouaient au handball. J'allais passer neuf jours avec eux au Portugal ! 

Le trajet en bus était un peu compliqué, je n'avais pas l'habitude d'entendre le français depuis si longtemps et avec des gens qui parlaient si vite. 




J'ai eu la chance qu'à l'heure du dîner, un groupe de filles m'a parlé doucement pour qu je comprenne. Là on a parlé de handball, des postes où on jouait, d'où on venait… 


Nous avons dormi dans le bus, car le trajet durait 17 heures, et lorsque nous nous sommes réveillés dans une station-service espagnole, le chef du stage m'a demandé d'aider les gens à demander s'ils voulaient un café, un chocolat chaud ou quelque chose comme ça.


Quand nous sommes arrivés à Vizela, une village de Portugal qui a 22 mil habitants, nous étions tous très fatigués, mais les entraîneurs nous ont expliqué plus ou moins ce que nous ferions chaque jour. 




J’ai adoré la routine que nous avions. Je m'entraînais 3 heures par jour, et à l'après-midi nous allions dans des villes comme Braga, Porto, Guimarães ou Santo Tirso pour jouer contre des clubs de ces villes. Nous avons aussi fait deux jours de handball de plage, je n'avais jamais joué à ça, mais j'ai beaucoup aimé. Nous sommes allés à la mairie de Vizela pour parler au maire et offrir des cadeaux  Une de mes activités préférées était d'aller sur une rivière avec des kayaks, des bateaux et des paddle surf et être avec mes amis dans la rivière. 

J'ai beaucoup appris sur la culture française, sur la langue et sur le handball, et je referais sans doute cette expérience. J'ai rencontré de très bons entraîneurs et je me suis fait de bons amis.





Violeta Priego et ses colonies de vacances en France

Avec des phrases courtes mais très claires, Violeta Priego, élève de seconde d'ESO, parle de ses colonies de vacances à la Salvetat-sur-Agout



Le premier jour, je suis arrivée et j’ai visité la ville avec mon père, après je suis allée au camping et je me suis installée.

Le lundi matin je suis allée au parc d’aventures et l’après-midi je suis allée faire du paddle surf.

Le mardi je suis restée au camping et nous avons fait des activités comme jouer au loup, dessiner, etc.

Le mercredi, je suis allée au parc aquatique toute la journée, nous nous sommes amusées en descendant pour les toboggans.

Le jeudi matin je suis allée faire du kayak et l’après-midi on a joué.

Le vendredi je suis allée avec le bus pour faire des rapides avec du kayak.

Le samedi j’ai fait ma valise et je suis rentrée chez moi, je suis arrivée à Reus vers dix-sept heures. 

Tous les jours nous avons fait pendant la nuit des jeux nocturnes, comme par exemple des gymkhanas, on a joué au cluedo en direct, etc. 

J’ai fait des amis et je me suis très bien amusé. 


mercredi, septembre 28, 2022

Une pub magique

 Regardez, regardez...


mardi, septembre 27, 2022

Le séjour linguistique et sportif de Jordi Baró

Jordi Baró a fait un séjour linguistique et de surf pour améliorer son français et pour s'amuser... 


 Je suis arrivé à Bayonne le 30 de Juillet, à l’après-midi, je me souviens de la météo, la température était caniculaire. Je suis arrivé pendant les fêtes de Bayonne, toute le monde était habillé de blanc car c’est la tradition.  J’ai déjeuné au Burger King et à 16 heures je suis arrivé à la maison Diocésaine, une résidence qui a été construite en 1977. 


Anna m’a reçu, elle est la coordinatrice des séjours, elle est sympa mais aussi stricte quand il le faut. Je me suis reposé pendant le soir et à 7 heures et demie j’ai fait le repas. A mon avis ce dîner a été important pour moi parce que ça m'a permis de me faire de bonnes amitiés. Le lendemain on est allé à la fête de Bayonne, on a aimé l’ambiance de l’endroit. Par contre il faut travailler alors le Lundi on a commencé avec le cours de français. Mon professeur la première semaine a été Sebastien, il est amusant et il nous a montré beaucoup de vocabulaire en français, spécialement de surf, ça a été d’aide pour moi. 

Ma routine a été la suivante: Je me suis réveillé à huit heures du matin, au début j’ai mangé des croissants avec du jus d’orange mais finalement je me suis fatigué des croissants et j’ai commencé à manger des biscuits que j’ai achetés au Carrefour. Après le cours à douze heures du matin j’ai déjeuné, ça était difficile pour moi parce que je n’ai pas l’habitude de manger tôt. Après, je faisais le cours du surf, quand on finissait on prenait la collation finalement on avait temps libre. Après le dîner on avait plus de temps libre pour, par exemple, aller à Biarritz ou rester à Bayonne. 


Pour conclure, je voudrais dire qu' à mon avis l'expérience a été incroyable. 

lundi, septembre 26, 2022

Joana Beltran : ses vacances en France

 Joana, une élève de quatrième d'ESO est allée en France cet été et elle nous raconte ses vacances :


Cet été je suis allée en France, à la Romieu, un petit village du Gers. Je suis resté 9 jours, du 7 au 16 août, chez mon parrain et ma tente.

Pendant mes vacances je suis allée visiter ma famille et mes amis, J'étais très heureuse de voir mes amis, je suis allée manger avec eux et on a passé la soirée ensemble. Lendemain on a passé la journée dans un parc de manèges. Ma famille et moi on a visité des petits villages du Gers. Chaque matin je me levais tôt pour aller me promener dans les forêts de la zone avec les chiens de mon parrain. Après le petit déjeuner, je lisais un livre sur la terrasse et je me baignais dans la piscine. Cettes vacances j’ai regardé des films et séries en français sur Netflix. Le dernier jour, mes copains et moi on a organisé une petite fête dans une maison de campagne. 

J’adore aller en France parce que je revois ma famille et mes amis, on fait des choses ensemble et on garde de beaux souvenirs.







vendredi, septembre 23, 2022

Biel Aixalà et son stage en entreprise

Biel Aixalà, élève de Bachibac raconte son stage comme animateur dans un camping. 


Ce dernier été, j'ai pu profiter de l’expérience de devenir pendant un mois animateur d’un camping au Sud de la France. Miléade est une chaîne de campings très réputée. Elle a plusieurs villages vacances répartis par plusieurs endroits du pays. Le camping est luxueux et dispose de plusieurs services: des salles climatisées, une piscine, un restaurant, des aires de jeux et plusieurs activités de soir, comme des tournois de pétanque, des concours, un karaoké ou des spectacles organisés par les animateurs. Justine était la responsable en animation et elle m’a aidée surtout à avoir une attitude professionnelle face au public. 




La première semaine, le camping n’était pas encore en haute saison et il y avait vraiment peu de monde au camping. Cette semaine-ci j’étais chargé avec un animateur appelé Romaric de proposer des activités pour le ‘club jeune’ qui avaient entre quatorze et dix-sept ans. Comme ils avaient le même âge que moi et on n'était pas nombreux, je participais aussi aux activités. Nous sommes allés au Marché de Barcarès, nous avons profité de la piscine aussi certains jours et on a surtout joué à des jeux de société. Celui avec lequel on s’est bien amusé c’est ‘The Mind’.

La deuxième semaine, on était déjà en haute-saison et les logements du camping étaient presque tous occupés et je suis allé au ‘mini club’. Cette expérience était plus épuisante parce qu'on avait chaque jour une trentaine d’enfants et on devait prendre le repas avec eux. En fin de journée je devais vraiment me reposer parce que dans le club l’ambiance n’était pas du tout calme. Pendant la deuxième semaine j’ai appris à prendre soin des plus petits et j’ai bien aimé comme ils valorisent tous les petits gestes que l’on faisait pour eux. Avec certains d’eux j’ai pu leur apprendre des jeux auxquels j’avais joué quand j’étais plus petit.  


La troisième et la quatrième semaine, j’ai changé de tranche d’âge pour y rester. J’ai remplacé Nil qui était dans le ‘Junior Club’. Ces deux semaines semaines c’est vraiment dans lesquelles j’ai le plus connecté avec les enfants de 6 à 10 ans, dont beaucoup d’entre eux nous demandaient à Nil et à moi si on pourrait revenir l’année prochaine. Cela m’émouvait beaucoup parce que ça voulait dire qu’ils s’amusaient bien avec nous et qu'on faisait bien notre rôle d’animateur. En plus, leurs commentaires t’encouragent à passer plus de temps avec eux et destiner encore plus de temps les après-midis à préparer les activités pour les prochains jours. 

Pendant ces deux dernières semaines je me suis vraiment senti dans l’équipe d’animation même si certains d'entre eux avaient 29 ans et on n’était pas du tout dans la même étape de nos vies. Nous sommes allés faire du shopping, de la bouée tractée, voir des couchers et des levés de soleil et on a profité quelques après-midis ou aussi les jours de congé pour réaliser ces activités en dehors du village vacances. De toute façon presque tous les après-midis ou bien les soirs au city il y avait les ados et les jeunes qui faisaient des matchs de foot où tout le monde pouvait jouer.


Finalement, j’ai compris que c’est une ambiance dure de travail mais je suis très heureux d’avoir pu tester cette expérience. J’ai pu voir à quoi pourrait ressembler ma vie dans quelques années. J’ai trouvé que même si c’est dur, et comme partout, il y à des moments qu’on voudrait tous éviter, les bons moments sont et seront toujours présents dans nos têtes. J’ai finalement su que j’aimerais bien travailler dans ce secteur. 

jeudi, septembre 22, 2022

22 septembre, journée sans voiture

 Le 22 septembre, c’est la journée sans voiture.  On peut penser qu’on ne peut pas vivre sans voitures mais une journée, c’est le premier pas, n’est-ce pas?  Voilà ci-dessous quelques mots inspirateurs pour des sujet d'oral Delf ou  Bachibac.