jeudi, février 18, 2016

4 février : Perpignan et Mémorial de Rivesaltes


Visite guidée de Perpignan

Le matin, nous avions tous rendez-vous au Lycée Jean Lurçat. Les Français sont allés en cours et nous, pour une visite guidée sur Perpignan.

Nous sommes partis du Castillet et nous avons fait une balade pour découvrir le centre historique de la ville, ses ruelles, sa cathédrale... 

Violette et Maria vont bientôt nous raconter comment s'est déroulée cette balade sur la "Ville d'art et d'histoire". 



Cours de danse

Après une fabuleurse visite du centre ville de Perpignan, nous nous sommes diirigés au Centre Espangol. Une fois arrivés là-bas, nos professeurs nous ont fait savoir la bonne nouvelle : on allait dancer de la salsa. Au début de la classe, presque personne voulait danser. Les deux moniteurs nous insistaient à dancer, mais on avait du mal. Et peu à peu, la confiance entre les uns et les autres s'est installé dans la pièce. Tout le monde dansait, riait, s'amusait !

le plus drole a été que Mercè dansait avec nous. Et elle ne bougeait pas mal du tout. On sentait qu'elle est espagnole et elle a le sang chaud. Le meilleur moment a été lorsqu'on s'est mis à danser en couple. Que des rires permanents ! Et à la fin de la classe, on était pas très contents, on aurait voulu continuer, mais on avait passé un bon moment tous ensemble, un moment à jamais oublier !






Mémorial de Rivesaltes


L'après midi du jeudi 4 Février, nous sommes allés visiter le Memorial du Camp de Rivesaltes.

Le Camp Joffre de Rivesaltes, plus connu comme Camp de Rivesaltes, est un site militaire fondé

en 1938. Au début, il s ́agissait d ́un camp pour instruire les troupes françaises d'outre­mer. Il se

situe au Sud­Est de la France, à quelques kilomètres de Perpignan. Le Camp est à côté d'une

route nationale ainsi que d’une voie ferrée. Un centre militaire d’instruction est donc créé, sur

600 hectares.

Il est rapidement utilisé pour interner des réfugiés espagnols et alemands. Lors de la Guerre

Civil Espagnole, le retrait du “Ejército Popular Republicano Español”, aprés l'échec du front de

Catalogne, provoque la fuite vers la France de milliers de refugiés (15 000 furent enfermés dans

ce camp) et, avec la Seconde Guerre Mondiale et les besoins de donner accueil à la population

civile, qui fut evacuée des regions prochaines aux frontières du Nord et du Ouest de la France, il

a eté decidé, vers la fin de l'année 1940, aprés la bataille de Fance, un agrandement du camp

en 600 HA, pendant que la zone militaire du champ restait opérative, avec une capacité pour 17

000 personnes dans 150 barracons.

En Mai 1941, la camp comptait 6 475 internés dont plus de la moitié étaient des Espagnols et un

tiers étaient des Juifs. Entre 1941 et 1942, le camp compte 21 000 détenus. Après la libération,

le site de Rivesaltes est utilisé pour la détention de prisionniers de guerre allemands et

collaborateurs.






















La soirée

Après avoir passé trois belles journées à Perpignan, l’heure de nous dire au revoir
était arrivée, et une fête organisée à la cafétéria du lycée nous attendait.

Au début, on on n’avait pas très envie d’y aller à cause de l’horaire (une soirée de 20h à 22h !, avec des profs !!!) … ce n’était pas le type de fête qu’on est habitués.

Néanmoins, on doit reconnaitre qu’on se trompait. On a passé une très belle soirée avec de la bonne musique, et avec le plus important, nos amis et nos correspondants, avec qui, même si on se connaissait depuis quatre jours, on savait qu’on ne les oublierait jamais. Qu’est-ce qu’on pouvait souhaiter de plus?


Pendant ces deux heures, on a pu s’amuser avec tous pour une dernière fois, personne ne voulait voir la fin. On peut dire qu’on garde un très bon souvenir de notre dernière soirée à Perpignan. Un bon souvenir malgré la fatigue après avoir dansé et notre voix, qui avait disparu tant on chanté.  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire